Adolescence

Publié le par Françoise






J'ai bien fait le tour de la question, je lui est d'abord posé la question de toutes les façons. Ses seules réponses furent dénégations.


Je lis dans ses yeux, dans ses sautes d'humeur que quelque chose le tourmente.

 

J'ai fait le tour de la question, en imagination. Il y a tant de pièges:  rackets, drogues, sida...

des fréquentations douteuses qui entraînent à mal faire...

 

Puis je me dis que c'est un bon garçon, gentil, sérieux, responsable, qui se donne du mal pour réussir, que de mauvais résultats au lycée suffisent à le démoraliser...

 

Peut-être un chagrin d'amour, la peur de l'avenir, des raisons d'être mal dans sa peau...

qui parfois conduisent au suicide.

 

je voudrais savoir, pour l'aider...

A seize ans, on n'est plus un enfant pour trouver refuge auprès de sa maman.

A seize ans, il n'est pas encore possible de parler en égaux à ses parents.

 

Hier, à la fenêtre grande ouverte, il s'amusait à attraper le soleil et je le guidais, ma main, dans sa petite main.

 

Aujourd'hui, je ne peux étreindre sa main qui s'est diluée, sur le mur entre les volets clos.

 

ado.jpg
La photo est de D&D, confiée à Paroles Plurielles pour l'exercice 61.

Publié dans Paroles plurielles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

camomille 21/01/2008 11:51

Bonne journée Françoise... Ton texte me fait frémir chaque fois que je le lis...

ABC 20/01/2008 21:52

Un passage obligé et presque aussi compliqué pour les parents que pour l'adolescent......... Mais eux en sont sortis et lui ne sait pas encore ni quand ni comment il en sortira !

Tisseuse 20/01/2008 19:47

c'est très beau et très juste !moi qui essaie d'aider professionnellement certains ados qui sont dans un mal être profond (tentative de suicide, anorexie, découverte de leur homosexualité....), et leurs parents qui sont tout autant dans le désarroi, je trouve que tu évoques ce sujet avec émotion et pudeur

lilounette 20/01/2008 19:23

Période difficile, savoir lui parler même si l'on ne trouve pas toujours les mots , lui parler de notre adolescence pour qu'il sache comment on a pu vivre la nôtre, ne rien lui cacher, l'encourager , montrer qu'une maman qui coupe le cordon a un peu le coeur serré pour essayer de garder sa confiance ...lui faire comprendre que cte âge de tourmente, de questions , de rires qui se figent est la même pour tous , que çà passe et qu'il en restera des bons et aussi , infailliblement de mauvais souvenirs mais tous constructibles .Et surtout sentir qu'il sache qu'il est toujours aimé ..Pour moi c'est passé, mais période emplie d'émotion, de larmes, de découragement et maintenant de joies, celles de se retrouver Courage, bonne soirée

camomille 20/01/2008 15:35

Bonjour Françoise.... Je passe tard c'est vrai mais la faute en reviennt à ob qui a un serveur qui a voulu faire grève en ce dimanche férié.... Bon a/m !